Chercher la cause des causes


Si nous considérons les traits de caractère destructeurs de l'être humain (déni, mensonge, jugement, hypocrisie, religiosité, etc.), nous découvrons qu'ils sont - et pour cause - à l'origine de quasiment tous les déboires de l'humanité.

Mais si  nous avons à coeur d'aller à la racine de ces causes - chercher la cause des causes - nous constatons que c'est la peur qui engendre ces dénis, mensonges, jugements, etc.

Auderset

La Bible pose la peur non pas comme l'opposé du courage, mais comme le résultat d'un manque d'amour (*) : si je suis dans le déni, c'est parce que j'ai peur de la vérité, que je n'aime pas voir la réalité - si je baigne dans la religiosité, c'est parce que j'ai peur de la foi, que je n'aime pas la Présence du Christ Lumière, Soleil de Justice - etc.

Une manière de ne pas vouloir voir cela est de projeter notre fonctionnement sur les autorités (physiques, morales, spirituelles), en les accusant de gouverner par la peur (**). Mais la réalité est que c'est nous qui leur donnons prise sur nous, du moment que nous nous gouvernons nous-mêmes par la peur, nos peurs : nous aimons Dieu pour qu'Il nous aime, non pas parce qu'il nous aime. Nous faisons le bien pour être sauvées, et non pas parce que nous sommes sauvés. Encore et toujours la peur - peur de ne pas être aimés, peur de ne pas être sauvés.

Il est difficile d'entendre cette vérité, du moment que la pseudo-vérité est ce que nous voulons entendre. Nous préférons l'arbre de la connaissance du bien et du mal à l'Arbre de Vie. Sommes-nous pharisiens, ou Christ ? Vivons-nous sous la Loi, ou sous La grâce ?

Mais allons plus loin : quelle est la cause première de la peur ? pourquoi l'être humain a-t-il peur lorsque sa vérité est remise en cause par la réalité de Dieu ? parce que le moteur premier qui l'anime est la survie. Mais non pas la survie de la Vie en Christ, mais la survie de la vie psychique (démoniaque, dit Jacques). Or, le réflexe de survie est un réflexe animal, opposé à l'Esprit qui apporte la vraie Vie (celle de l'Arbre de Vie). Mais pour obtenir cette Vie, il nous faut mourir au monde, à la chair et au diabolos (arbre de la connaissance du bien et du mal), et re-naître, d'en-haut - et renoncer à la religion, système que se crée l'être humain pour fuir Dieu.



(*) cherchez, c'est vers la fin du NT

(**) indirectement, dans nos sociétés démocratiques