Le souhait de Dieu n'est pas de faire concurrence à la science


D’après le grand professeur d’Oxford, John Lennox, les athées ont une image faussée de Dieu

Le mathématicien britannique John Lennox a expliqué à Marbourg en Allemagne, à la Studenten Mission in Deutschland (SMD), une association qui réunit de nombreux chrétiens de l’enseignement supérieur qui souhaitent vivre leur foi dans le monde de la connaissance, pour quelle raison les athées, d’après lui, ne croient pas en Dieu et avec quels arguments les chrétiens peuvent répondre à leur discours.

Il n’y a, d’après ce célèbre mathématicien, aucune contradiction entre la science et la foi. Il juge ainsi [...] l’influence mondiale de ceux que l’on appelle les « nouveaux athées » dévastratrice : si l’on prend par exemple un auteur comme Richard Dawkins, développe-t-il, il s’agit non seulement de nier Dieu mais de considérer l’influence de la religion et de la foi comme nocive. Ces athées critiquent ainsi non seulement l’existence de Dieu mais également l’existence de la foi. Ils souhaitent donc remplacer la religion par la science. Des athées particulièrement aggressifs voudraient même que l’on considère Dieu comme une véritable hallucination mentale, et donc faire des croyants des individus ayant des problèmes psychiques ou psychologiques.

Lennox poursuit en disant que s’il n’y a pas de contradiction entre Dieu et la science, il y a bien une opposition entre deux visions du monde : d’un coté l’athéisme et de l’autre le théisme. Le problème, c’est que les athées ne comprennent pas en quelle sorte de Dieu les croyants ont foi. « Dans la Grèce antique, les hommes avaient peur du tonnerre, explique t-il, c’est pour ça qu’ils ont inventé le dieu du tonnerre. Or aujourd’hui, on peut très bien expliqué les phénomènes orageux. Donc on n’a plus besoin du dieu du tonnerre. Le dieu du tonnerre est effectivement un dieu inventé pour combler une lacune de connaissance. Celui qui s’imagine un tel dieu se croit donc obligé de devoir choisir entre Dieu et la science. » Mais ce dieu là ce n’est pas le Dieu de la Bible.

Par exemple, le chercheur et chrétien Isaac Newton ne s’est pas dit, après la découverte de la loi de la gravité : « Parfait je n’ai plus besoin de Dieu’, mais : « Quel merveilleux Dieu ! ». Et plus Newton comprenait le monde, plus il était fasciné par ce Dieu qui a créé le monde. Pour des chercheurs comme Newton ou Kepler, la foi n’est pas un obstacle, elle est même la force motrice de leurs recherches scientifiques.

Le mathématicien anglais a ensuite pris l’exemple du phénomène de l’ébullition et du thé pour expliquer son point de vue : on peut répondre à la question : « Pourquoi l’eau bout ? » de deux manières. On peut expliquer par exemple que lorsqu’une flamme chauffe la bouilloir, les molécules d’eau accelèrent et chauffent à leur tour. Mais on peut répondre aussi que l’eau bout parce que quelqu’un a envie de boire du thé. Ces deux niveaux d’explication ne sont pas contradictoires. Elles expliquent chacune à leur manière les raison qui font que cette eau bout à tel instant T. De même l’explication scientifique du monde n’exclut pas la présence et l’action de Dieu dans la Création.

À la fin de la soirée, le mathématicien a également évoqué sa relation personnelle avec Dieu. « Dieu n’est pas simplement une théorie, c’est aussi une personne. » La proximité de cette personne est selon lui l’une des dimensions les plus fascinantes du christianisme. Même s’il n’a jamais directement entendu la voix de Dieu, il a senti en lisant et en étudiant la Bible que Celui-ci s’adressait à lui. « On peut parler de ses problèmes avec Dieu, et Il nous aide à trouver des solutions qui vont au delà des réponses toutes faites. »

Le christianisme peut aisément être mis à l’épreuve, a t-il déclaré à l’intention des sceptiques : « Jésus Christ nous a promis de nous offrir une nouvelle vie quand nous L’acceptons comme Seigneur et Sauveur de l’humanité et que nous confessons nos péchés ». Or, raconte t-il, de très nombreuses fois, il a vu des personnes ayant des problèmes de drogue ou autres se libérer de leur dépendance et renaître à la vie en rencontrant le Christ. « Dieu nous entend personnellement, et Il enrichit nos vies jusque dans les plus petites choses ! »

Source