La bibliolâtrie


Tous les Livres Saints ont été écrits avec l’aide de Dieu. Ils sont utiles pour enseigner la vérité, pour persuader, pour corriger les erreurs, pour former à une vie juste. Grâce aux Livres Saints, l’homme de Dieu sera parfaitement préparé et formé pour faire tout ce qui est bien. (2 Timothée 3.16-17 PDV)

Engagés dans l’œuvre biblique, à savoir la traduction, la production et la diffusion des Ecritures dans toute une variété de formats, nous connaissons parfaitement les nombreuses utilisations saines et positives dont la Bible a fait l’objet, tant au niveau personnel que dans la sphère communautaire. Nous avons lu et rédigé d’innombrables récits concernant des vies et des communautés transformées. Nous avons été témoins directs de la transformation de personnes et de groupes qui ont pris la décision de s’en remettre personnellement et collectivement aux vérités que porte la Bible.
Malheureusement, les recours à la Bible ne sont pas tous bienfaisants. Les Ecritures font souvent l’objet d’utilisations qui sont en flagrante contradiction avec leur substance, leurs valeurs et enseignements clés. Avant de revenir, en conclusion, à cette utilisation plus positive de la Bible, nous nous attacherons à en étudier quelques utilisations néfastes. Le mieux est sans doute de commencer au niveau des idées puisque c’est là que beaucoup s’embarquent sur une mauvaise piste.
La Bible n’est pas la Parole de Dieu
Pour commencer, la Bible, ce n’est pas la Parole de Dieu, ni même les paroles de Dieu. Ce sont plutôt les paroles d’êtres humains inspirés par Dieu pour nous conduire à la Parole, qui est le Christ (Jean 1.1). Le fait que la première double affirmation choque souvent de prime abord d’honnêtes croyants, ou qu’il nous faille rapidement ajouter la troisième proposition afin de rassurer ces personnes sincères, illustre largement le problème auquel nous sommes confrontés eu égard à l’utilisation de la Bible, et tout particulièrement à sa mauvaise utilisation, à la fois au cours de l’histoire et à l’époque actuelle. Pour de trop nombreux chrétiens, un penchant souvent inconscient pour une bibliolâtrie inhérente à l’identification plus ou moins directe de la Bible à la Parole de Dieu rend pour ainsi dire toute interprétation de l’Ecriture imperméable, ou tout au moins résistante, par rapport à toute forme de critique. Si la Bible est censée dire telle chose, qui sommes-nous pour la remettre en question ? Après tout, c’est la Parole de Dieu ou les paroles de Dieu, et nous devons éviter de prendre le risque de nous opposer à quelque chose d’aussi sacré.
Pourtant, personne n’ignore que la Bible a été utilisée à bon comme à mauvais escient, et qu’on en a souvent abusé pour opprimer, exploiter, guerroyer et perpétrer toutes sortes d’horreurs au nom de cette même Bible et, en fin de compte, au nom du Dieu de la Bible. Et pour rendre les choses encore plus compliquées, la Bible elle-même semble souvent encourager et approuver de telles pratiques. Mais peut-être devrions-nous commencer par énumérer ce que la plupart des gens seront d’accord de considérer comme quelques-unes des mauvaises utilisations les plus évidentes et les plus flagrantes de la Bible dans un passé relativement proche.
Suite (l'article original a disparu... nous attendons les explications de l'ABF)

Articles les plus consultés

L'antichrist est déjà là

Les multiples façons dont votre esprit vous manipule

Humour : évolution