Direct et sans fard - total et non négociable

Jésus ne se donnait pas la peine d'adapter son message pour le rendre attrayant aux personnes attachées au monde. Sa prédication en public et ses propos en privé étaient directs et sans fard.

Rien de ce qu'il disait au sujet du prix à payer pour être son disciple n'était dilué, nivelé par le bas, allégé, tu, atténué, minimisé, édulcoré.

Il ne se montrait pas le moins du monde encourageant - au contraire, il faisait tout son possible pour décourager ceux qui voulaient le suivre pour ce qu'il apportait (nourriture, miracles, etc.). Voir Jean 6. [...]

Il n'a jamais modifié sa description du prix à payer pour le suivre. Et - contrairement à ce qui se fait dans les églises de nos jours - il ne réservait pas ses paroles dures aux gens qui avaient déjà foi en lui. Il tenait les mêmes propos aux non-croyants (Luc 14:25-33) et à ceux qui se disaient prêts à le suivre partout (Luc 9:57-62). Il a été jusqu'à dissuader un grand nombre de personnes (Jean 6:66-67). [...]

Sa seigneurie était totale et non négociable.

D'après L'Évangile selon Jésus, John MacArthur