Si certaines parties ne s'affichent pas (contenu des menus p.ex.), passez de https à http

Le christianisme est la pire trahison du Christ

Le christianisme est la pire trahison du Christ
(Jacques Ellul, L’homme à lui-même - 1991)

Il faut aussi qu'il y ait des sectes parmi vous, afin que ceux qui ont fait leurs preuves soient manifestes parmi vous
(1 Corinthiens 11:19)

Tout/tous concour(en)t à la réalisation du plan de Dieu, même ceux qui s'éloignent de Christ, car ainsi ils mettent en relief ceux qui restent attachés à la Vérité qu'est Christ, ceux qui continuent de suivre le Chemin qu'est Christ, ceux qui vivent de la Vie qu'est Christ : il y a alors tri entre les pseudo et les authentiques (le tri dans la Bible est traduit par le mot jugement).

Ce ne sont pas les définitions particulières de ce qu'est une secte qui comptent, mais celle que donne la Bible : pour la Bible, être sectaire, c'est choisir - le mot grec hairesis, traduit par secte - et qui a donné hérésie - signifie choix, préférence - ainsi, celui qui choisit, a ses préférences, ne prend pas tout ce que Dieu lui offre, mais uniquement ce qui l'arrange - Ou encore : il ajoute à ce que Dieu lui offre (lire Apoc 22:18-19).


La plupart des sectes c'est : Christ + quelque chose

Par exemple, Christ + la tradition : on ajoute des couches à la révélation initiale, jusqu'à ne plus voir le message originel, voire jusqu'à obtenir le contraire de ce qu'il était à l'origine (p.ex. les croisades, l'inquisition, etc. sont exactement dans l'esprit opposé à l'Esprit d'amour qui animait les premiers chrétiens).

Ou alors, Christ + les rites : les rites sont normalement le signe que l'on est entré dans le Royaume - p.ex. le baptême est un témoignage du salut, et non pas la cause du salut. L'importance donnée aux rites fait de ceux-ci la cause du salut, alors que le salut est gagné une fois pour toutes à la Croix par Christ - les rites ne sont rien d'autre qu'une forme de salut par les oeuvres.

Ou encore, Christ + les manifestations spectaculaires (parler en langues, miracles, etc.). Ce que l'on voit de plus en plus autour de nous, c'est une sorte d'obsession du spectaculaire, qui est un signe d'immaturité spirituelle.

Nous trouvons aussi Christ + les icônes, Christ + un dogme, Christ + une pratique particulière, Christ + une/des superstition(s).

Et encore, Christ + une version particulière de la Bible, Christ + écoute d'autre chose que de l'Esprit (donc pécher contre le St-Esprit, persister dans la mauvaise voie), Christ + ne pas croire que Dieu est en tout (contestation des circonstances, des événements), etc.

Christ + quelque chose, c'est se rendre dépendant d'autre(s) que le Saint-Esprit, accepter d'être conditionné par autre que Dieu Lui-même.


C'est remplacer la grâce par la loi, persister dans le péché jusqu'à en faire une seconde nature

Tout péché peut être pardonné, sauf le péché qui consiste à persister dans la mauvaise voie, car alors on admet que c'est la chair qui gouverne, et on bafoue la Croix qui nous donne la possibilité d'être gouverné par l'homme nouveau : on est dans le scénario du patient qui refuse d'être soigné, qui persiste dans sa maladie qui mène à la mort.


Se prévaloir d'une dénomination...

...c'est déjà ne plus être de Christ, mais c'est être de cette dénomination (donc +/- coupé de Christ), d'où tous les abus constatés dans beaucoup de dénominations actuelles.

Paul dit : "nous sommes de Christ"
Jamais il ne dit : "nous sommes chrétiens"
Ce sont les autres qui doivent dire : "ce sont des chrétiens", du fait qu'ils reconnaissent Christ en eux

Christ suffit : rien d'autre n'est nécessaire




Il y a eu aussi de faux prophètes parmi le peuple, comme aussi il y aura parmi vous de faux enseignants qui introduiront furtivement des sectes de perdition, reniant aussi le maître qui les a achetés, faisant venir sur eux-mêmes une prompte destruction (2 Pierre 2:1)

Selon la Bible, celui qui choisit ce qui l'arrange dans la Bible, et rejette le reste, se sépare de la vérité et se détruit lui-même.

En effet, la vérité est un tout : l'amputer de certaines de ses composantes a pour résultat l'errance, comme un bateau avec une seule rame, ou une voilier ayant perdu certaines de ses voiles.

L'enseignement des sectes n'est pas spirituel : au contraire, il est au service de la chair.

Le critère absolu, c'est la Bible : tout enseignement qui s'en écarte, même pour d'apparentes bonnes raisons, s'éloigne de la vérité.

L'esprit sectaire est un esprit qui s'attache à sa propre réalité, sa propre construction humaine, son propre système, sans s'inquiéter de la réalité de Dieu.

Cependant, choses étonnante au premier abord, mais finalement d'une logique implacable, il faut aussi qu'il y ait des sectes parmi vous, afin que ceux qui ont fait leurs preuves soient manifestes parmi vous (1 Corinthiens 11:19)

Il est par ailleurs pathétique de voir des mouvements sectaires traiter d'autres mouvements (également sectaires) de sectes. En fait, plus un mouvement est sectaire (donc éloigné de l'enseignement de la Bible) plus il semble qu'il ait tendance à traiter les autres de sectaires.

Nous pouvons également constater que ceux qui se donnent eux-mêmes des étiquettes ("sola scriptura", "ici c'est le Saint-Esprit qui règne", etc.) le font la plupart du temps pour couvrir leur lacune majeure : la Bible n'est en fait pas suivie, le Saint-Esprit n'est pas écouté, etc.




Ecoutons encore une fois Jacques Ellul (La subversion du christianisme, début du ch. 8) :

Si l'on admettait que ce que le Nouveau Testament entend par christianisme et être chrétien était conforme aux idées humaines, propre à plaire à l'homme, à le flatter comme s'il s'agissait de sa propre invention, d'une doctrine sortie de son coeur : il n'y aurait pas de problème.

Mais il y a un "mais"

Une difficulté : ce que le Nouveau Testament entend par être chrétien est justement ce qu'il y a de plus contraire à l'homme. C'est pour cet homme un scandale.

Ou bien ce contre quoi il doit se révolter, ou bien ce dont il doit chercher à se débarrasser par ruse et à tout prix, par exemple grâce à cette escroquerie qui consiste à appeler christianisme exactement le contraire... puis à rendre grâces à Dieu de la faveur immense d'être chrétien !

"Rien ne déplaît plus à l'homme, ne le révolte d'avantage que le christianisme du Nouveau Testament : vraiment annoncé, il ne peut gagner ni chrétiens par millions, ni salaires et profits terrestres !... Alors se produit la confusion : pour que les hommes acquiescent, il faut que la chose annoncée soit de leur goût et les séduise... Et ici réside bien la difficulté : elle ne réside nullement à montrer que le christianisme officiel n'est pas celui du Nouveau Testament mais à montrer que le christianisme du Nouveau Testament et ce qu'il entend par être chrétien sont des choses profondément désagréables à l'homme." (Kierkegaard)

"Jamais, pas plus aujourd'hui qu'en l'an 30, la révélation chrétienne ne peut plaire à l'homme : le christianisme a toujours été pour lui au fond de son coeur un ennemi mortel. Aussi l'histoire témoigne-t-elle que de génération en génération existe une classe sociale hautement respectée (les prêtres) dont le métier consiste à faire du christianisme exactement le contraire de ce qu'il est." (Kierkegaard)



Ecoutons encore Kierkegaard :

La raison d'être de la chrétienté est de rendre si possible le christianisme (*) impossible.

La chrétienté a aboli le christianisme (*) sans trop le savoir.

Le feu prit un jour dans les coulisses d'un théâtre. Le bouffon vint en avertir le public. On crut à un mot plaisant et l'on applaudit - il répéta, les applaudissements redoublèrent. C'est ainsi, je pense, que le monde périra dans l’allégresse générale des gens spirituels persuadés qu’il s’agit d’une plaisanterie.

(*) chez Kierkegaard le mot "christianisme" n'a pas le même sens que chez Ellul... mais vous l'avez compris de vous-même



Comment savez-vous si vous êtes des chrétiens ? Par l'extrait de baptême ? Quelle preuve! Le chrétien sait qu'il est chrétien parce qu'il a vu, entendu, senti et vécu le Christ.

A. de Mello