Si certaines parties ne s'affichent pas (contenu des menus p.ex.), passez de https à http

Quand les arguments se retournent contre leur auteur

Vouloir absolument avoir raison en avançant des arguments non fondés n'est pas une bonne idée : c'est même contraire à l'Esprit de Vérité. Pour faire suite à Pièges à connaître sur internet, voici 2 exemples d'arguments se retournant contre leur auteur.
  1. Une personne en désaccord avec l'approche spirituelle du Livre de l'Apocalypse affirme que c'est une interprétation particulière, type d'interprétation que Pierre désapprouve dans une de ses lettres. Or, ce que dit Pierre signifie entre autres qu'une interprétation ne peut être isolée de ce que l'Écriture déclare dans son ensemble. Puis cette personne nous donne une interprétation détaillée du Livre de l'Apocalypse, à travers l'Histoire. Or, l'interprétation spirituelle a justement pour objectif de montrer que tout est sous-tendu par l'Esprit de Dieu, que ce qui se passe constamment dans notre dimension en découle : elle n'est par conséquent pas isolée, bien au contraire. Les interprétations particulières, quant à elles, déroulent leur réalisation dans notre dimension à un instant t, et affirment être les seules dignes de foi, alors qu'elles sont isolées de l'ensemble de l'Écriture. L'argument se retourne contre son auteur...
     
  2. Une autre personne affirme le dogme de la trinité (mot qui entre parenthèses ne figure pas dans la Bible) et des 3 "personnes" qui la composent. La Bible est pourtant claire là-dessus : Dieu est UN. Seulement, il s'est manifesté sous 3 formes, trois rôles, "persona" en latin - et ce terme est devenu "personne" avec le temps, mais n'a rien à voir avec sa signification originelle. Dieu est UN, le Père est Dieu, le Fils est Dieu, l'Esprit est Dieu. Dieu est une personne. De même que nous sommes UN tout en étant corps/âme/esprit. Mais ces trois ne sont pas des personnes... Or, la personne qui conteste cette vision de la réalité dit en substance que nous ne sommes pas Dieu, donc nous ne pouvons pas comprendre. Là aussi, l'argument se retourne contre son auteur : si "nous ne pouvons pas comprendre" des choses si compliquées, pourquoi en faire un dogme compliqué ? Restons-en aux Écritures...