Si certaines parties ne s'affichent pas (contenu des menus p.ex.), passez de https à http

Théologie de la substitution

La Théologie de la substitution, ou Théorie de la substitution, ou encore Théologie du remplacement, est une doctrine selon laquelle le christianisme se serait substitué au judaïsme dans le dessein de Dieu.

Or, il n'y a pas substitution, mais continuité
Israël ou l’Eglise ? C'est un faux problème - l'Eglise a toujours existé : l'Assemblée d'Israël, dans l'AT grec (*), est déjà appelée "Eglise". Et lorsque Jésus n'a pas été reçu chez lui comme le Messie, Dieu a ouvert grand la porte à ceux des nations qui avaient foi en Lui, rejoignant ainsi les Juifs qui l'avaient reçu comme le Messie, à savoir l'Eglise qui existait dès les temps anciens, composée d'êtres de foi.

Plusieurs textes du Nouveau Testament présentent l'Église comme un Israël spirituel, ce qui est vrai, mais certains en tirent de mauvaises conclusions. Voici 3 de ces textes :
  • Vous, par contre, vous êtes une lignée choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple que Dieu s'est acquis, pour que vous annonciez les hauts faits de celui qui vous a appelés des ténèbres à son étonnante lumière ; vous qui, autrefois, n'étiez pas un peuple, vous êtes maintenant le peuple de Dieu ; vous qui n'aviez pas obtenu compassion, vous avez maintenant obtenu compassion (1 Pierre 2:9-10)
     
  • C'est nous qui sommes les vrais circoncis, nous qui célébrons le culte par l'Esprit de Dieu, qui mettons notre fierté en Jésus-Christ et qui ne mettons pas notre confiance dans la chair (Philippiens 3:3)
     
  • Le vrai juif, ce n'est pas celui qui en a les apparences ; et la vraie circoncision, ce n'est pas celle qui est apparente, dans la chair. Est vraiment juif celui qui l'est dans le secret ; sa circoncision, c'est celle du coeur, qui relève, non pas de la lettre, mais de l'Esprit ; celui-là ne reçoit pas sa louange des humains, mais de Dieu (Romains 2:28-29)

En réaction à cette Théologie de la substitution, qui est un extrême, car elle parle en termes de "religions" (ce qui ne ressort pas des textes bibliques cités ci-dessus) et non pas en termes de foi réelle, on trouve l'autre extrême, qui dit que les juifs n'ont pas besoin de Jésus pour leur salut, ou au contraire que le salut par un sacrifice ne concerne que les juifs, ou encore que les chrétiens ont à rejoindre les juifs, avec entre-deux ceux qui séparent clairement les sauvés d'origine juive ("juifs messianiques") d'avec ceux venant des nations ("païens" devenus "chrétiens") - cela va jusqu'à des pratiques judaïsantes de la part de ces derniers. Bref, nous trouvons de tout - seule la cohérence de la Bible pourra nous permettre de trouver le fil rouge.

Comme avec toute théorie dont les extrêmes sont biaisés, la vérité se trouve ailleurs. Le Nouveau Testament est clair là-dessus : le vrai "croyant" est celui qui a la foi, tel Abraham, père des "croyants", père de ceux qui ont la foi. Toute personne qui met sa foi en Dieu est fils/fille d'Abraham, qui est le type du véritable être de foi. Si vous appartenez au Christ, alors vous êtes la descendance d'Abraham, héritiers selon la promesse (Galates 3:29).

Avoir la foi a pour conséquence de s'éloigner du monde, de la chair et du diabolos - l'être de foi est appelé hors de ces choses : ek - hors de, klesia - de kaleo, appeler => ekklesia, Eglise - l'Eglise est l'ensemble de ceux que Dieu a appelés à sortir hors du monde, de la chair et du diabolos. L'Eglise est formée des vrais fils/filles d'Abraham, dans l'Esprit, quelle que soit par ailleurs leur origine terrestre.

Au départ, l'Eglise (le mot ekklesia se trouve dans la LXX, bible grecque des juifs de la diaspora) était composée de juifs. Simplement, à un moment de l'Histoire, une partie de cette Eglise l'a quittée (les juifs qui refusaient de voir en Jésus le Messie promis et attendu) alors que des non-juifs l'ont rejointe. L'Eglise était la même : composée de personnes qui ont la foi - c'est juste leur origine qui changeait.

Ces "païens" greffés sur le tronc de la foi, ne remplacent pas la partie juive de l'arbre, du moment que le vrai "juif", selon la Bible, ce n'est pas celui qui en a les apparences, et la vraie circoncision, ce n'est pas celle qui est apparente, dans la chair. Car est vraiment juif celui qui l'est dans le secret : sa circoncision, c'est celle du coeur, qui relève, non pas de la lettre, mais de l'Esprit (Romains 2:28-29). Personne ne remplace personne : tous les vrais êtres de foi, quelle que soit leur "religion d'origine", du moment qu'ils adhèrent à Dieu par la foi en son Messie, appartiennent à l'Eglise, Israël de Dieu, qui était là dès Abraham.

Les vrais circoncis sont en effet ceux qui célèbrent le culte par l'Esprit de Dieu, qui mettent leur fierté en Jésus-Christ et qui ne mettent pas leur confiance dans la chair (Philippiens 3:3), ceux qui sont une lignée choisie, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple que Dieu s'est acquis, pour qu'ils annoncent les hauts faits de celui qui les a appelés des ténèbres à son étonnante lumière - ceux qui, autrefois, n'étaient pas un peuple, et qui sont maintenant le peuple de Dieu - ceux qui n'avaient pas obtenu compassion, et qui ont maintenant obtenu compassion (1 Pierre 2:9-10).

Ainsi, ceux qui sont d'origine juive n'ont pas tous de quoi jouer les fiers, du moment que le vrai juif est celui qui a reconnu le Messie en Jésus, et les "chrétiens" n'ont pas non plus tous de quoi jouer les fiers, car ils ne sont pas à l'abri d'une mauvaise surprise (Matthieu 22:11-14). Où qu'on se situe dans l'arbre, tronc ou branche, seule la grâce sauve - non pas l'origine, non pas les oeuvres, non pas la "religion".

Pour résumer : l'Eglise a toujours existé, issue d'Abraham, rejointe plus tard par les chrétiens en même temps qu'une partie des juifs s'en éloignait, mais d'autres juifs sont en train de la rejoindre, d'autres "païens" aussi, mais c'est toujours et cela a toujours été la véritable Eglise, qui ne se définit pas par une ou des dénominations, mais par des membres vivants par l'Esprit de Dieu en Christ.

Ainsi, tout Israël est sauvé : l'ensemble de ceux dont Dieu a connu d'avance le salut est effectivement et définitivement sauvé lorsque tous sont entrés. Dieu a en effet déjà la vision de l'ensemble de Son Israël-Eglise, et sait qui sera sauvé - Il attend qu'ils entrent. Certains n'entrent pas encore, car ils sont endurcis : la route du salut leur est barrée par les ennemis de toujours (orgueil, religion, diabolos). Une fois que tous sont entrés, tout l'Israël de Dieu est sauvé. A savoir, ceux qui ont la foi : il ne s'agit pas de juifs ou de chrétiens, mais d'êtres de foi en Jésus le Messie.

Car je ne veux pas, frères, que vous ignoriez ce mystère-ci, afin que vous ne soyez pas sages pour vous-mêmes : c'est qu'un endurcissement partiel est arrivé à Israël jusqu'à ce que la plénitude des nations soit entrée - et ainsi tout Israël sera sauvé, selon qu'il est écrit : «Le libérateur viendra de Sion ; il détournera de Jacob l'impiété. Et c'est là l'alliance de ma part pour eux, lorsque j'ôterai leurs péchés». En ce qui concerne l'évangile, ils sont ennemis à cause de vous ; mais en ce qui concerne l'élection, ils sont bien-aimés à cause des pères. Car les dons de grâce et l'appel de Dieu sont irrévocables. En effet, de même que vous aussi vous avez jadis désobéi à Dieu, maintenant au contraire vous avez obtenu miséricorde par leur désobéissance - de même ceux-ci aussi ont maintenant désobéi par suite de votre miséricorde, afin qu'eux obtiennent maintenant la même miséricorde. Car Dieu a enfermé tous dans la désobéissance, afin de faire miséricorde à tous. (Romains 11:25-32)

Voici une foule multiple que nul ne pouvait compter, hors de chaque nation, et tribus, et peuples et langues, debout en face du trône et en face de l'Agneau, enveloppés de robes de lumière, avec des palmes dans leurs mains. Et ils crient d'une voix grande, disant : le salut [est] à notre Dieu qui est assis sur le trône, et à l'Agneau. (Apocalypse 7:9-10)


(*) LXX, version grecque de l'AT que l'Esprit saint a choisie pour citer les versets de l'AT dans le NT