Le déni (la Bible est-elle soluble dans la soupe religieuse ?)

Dès la parution de cet article, plusieurs se sont désinscrits aux lettres de nouvelles.
Cela ne fait que confirmer la pertinence de ce message



Le déni est "la non-considération d'une partie de la réalité" (Wikipédia).

Souvent, pour ne pas voir le déni (ce qui constitue un déni du déni), on détourne l'attention sur autre chose. Ce comportement ressemble un peu à celui qui consiste à désigner un bouc émissaire, mais dans un autre registre, et de façon plus subtile, puisque on se ment à soi-même.

Le déni est très répandu de nos jours. Dans le passé, on l'appelait "aveuglement".


Un proverbe dit : "l'insensé regarde le doigt quand on lui montre la Lune". Ce peut être une forme de déni : on confond le moyen avec le but, car le but importe peu, n'est-ce pas...

En sciences, par exemple, on confond souvent la réalité avec le modèle de la réalité. Une explication récente de l'univers dit par exemple que la plus petite unité sous-jacente de la réalité est constituée d'information. Or, que demande-t-on à la réalité, lorsqu'on l'observe scientifiquement ? On lui demande de l'information. On confond donc réalité et modèle de la réalité lorsqu'on dit que l'information est sous-jacente à la réalité. Et on oublie que la science ne nous montre pas la réalité, mais comment l'être humain voit la réalité. Ce qui n'est pas la même chose.

Ce comportement se retrouve face aux Écritures : on confond Bible (moyen d'information) et Parole (car en réalité Christ est La Parole, et c'est la Bible qui le dit...). Nous ne nous étendrons pas sur ce sujet, largement développé dans plusieurs articles de bibletude. Ce qu'il est intéressant de relever ici, c'est qu'à force de faire de la Bible la 4ème personne de la trinité, on en vient à la vénérer, et surtout à la prendre à la lettre, alors que toute personne éclairée par le St-Esprit sait que Dieu vit dans une tout autre dimension, et que la Bible est une parabole qu'il nous adresse. Les "pères de l'église" l'ont toujours interprétée ainsi. Ce n'est que récemment, lorsque le monde est devenu matérialiste, que l'interprétation de la Bible est à son tour devenue matérialiste.

Autre exemple en sciences : les galaxies ont été découvertes avant les trous noirs. Plus tard, après la découverte des trous noirs, on s'est aperçu que le centre des galaxies était un trou noir. On enseigne par conséquent que le noyau d'une galaxie est un trou noir. Mais, des trous noirs existent aussi, qui ne sont pas le centre d'une galaxie. On devrait donc dire : il existe des trous noirs, dont certains sont entourés d'étoiles en orbite, l'ensemble constituant des galaxies. Mais on persiste dans la première approche, car historiquement les galaxies ont été découvertes en premier.

On retrouve le même comportement chez des chrétiens qui ne veulent pas voir que nous sommes dans une Nouvelle Alliance, que c'est la foi qui sauve, et non pas la Loi. La Loi ayant été révélée avant la grâce, ils y tiennent mordicus. Cela donne les religions où les oeuvres (loi) ont priorité sur la relation avec Dieu (foi). Ce sont des religions mortes, de mort.

Dernier exemple : en sciences, on a souvent ajouté des choses inutiles, des "verrues", pour expliquer l'inexplicable. Il y a eu la phlogistique pour expliquer la combustion (malgré les incohérences que cela entraînait), l'éther de l'espace pour expliquer la propagation de la lumière (le vide ne pouvait transmettre la lumière), la constante cosmologique pour éviter d'avoir un univers en expansion (l'univers se devait d'être statique). De même aujourd'hui on ajoute de la matière sombre (dark matter) pour expliquer pourquoi les étoiles d'une galaxie tournent toutes à la même vitesse autour du centre galactique (alors que les planètes externes tournent autour du soleil plus lentement que les planètes internes), et on ajoute aussi de l'énergie sombre (dark energy) pour expliquer pourquoi l'expansion de l'univers va en s'accélérant.

Examinez ce qu'enseigne la religion ou la dénomination à laquelle vous adhérez. Vous me direz : oui, chez les cathos, chez les ci, chez les ça, mais chez nous c'est "les écritures seules (sola scriptura)". Voyons cela : avez-vous un pasteur rémunéré ? ce n'est pas biblique - baptisez-vous les enfants ? ce n'est pas biblique - vous demande-t-on de payer la dîme ? ce n'est pas biblique. etc.



Déni ? vous avez dit déni ?