Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du décembre, 2012

Le déni (la Bible est-elle soluble dans la soupe religieuse ?)

Dès la parution de cet article, plusieurs se sont désinscrits aux lettres de nouvelles. Cela ne fait que confirmer la pertinence de ce message Le déni est "la non-considération d'une partie de la réalité" (Wikipédia). Souvent, pour ne pas voir le déni (ce qui constitue un déni du déni), on détourne l'attention sur autre chose. Ce comportement ressemble un peu à celui qui consiste à désigner un bouc émissaire, mais dans un autre registre, et de façon plus subtile, puisque on se ment à soi-même. Le déni est très répandu de nos jours. Dans le passé, on l'appelait "aveuglement". Un proverbe dit : "l'insensé regarde le doigt quand on lui montre la Lune". Ce peut être une forme de déni : on confond le moyen avec le but, car le but importe peu, n'est-ce pas... En sciences, par exemple, on confond souvent la réalité avec le modèle de la réalité. Une explication récente de l'univers dit par exemple que la plus petite unit

Nous avons oublié le message de Jésus

Frédéric Lenoir Source Entretien paru dans Psychologies Magazine [...] dans votre nouvel ouvrage, vous réunissez trois figures sans grand rapport, sinon qu’elles sont dans « l’air du temps » : Socrate, Jésus et Bouddha. Pourquoi ? Parce que ce sont les trois maîtres de vie qui ont le plus marqué mon cheminement personnel. Ce sont trois rencontres que j’ai faites entre 13 et 20 ans et auxquelles je dois d’être devenu celui que je suis aujourd’hui. Comment les avez-vous découvert ? La première rencontre a eu lieu avec Socrate, lorsque j’ai lu « Le Banquet » de Platon. Je devais avoir 13 ou 14 ans et j’ai été touché par ce texte. Cela m’a donné envie de lire d’autres œuvres de Platon et c’est ainsi que je suis tombé sur le récit de la mort de Socrate. Qu’un homme puisse dire, au sujet de ceux qui le condamnent à mort : « ils peuvent me tuer, mais pas me nuire », j’ai trouvé cela bouleversant. Cela m’a fait réfléchir sur la grandeur de l’âme humaine et m’a incité à m’interrog

Pourquoi certains blogs évangéliques sont-ils agressifs ?

Commençons par dire une vérité qui ne saute pas aux yeux de tous, alors qu'elle est grosse comme un nez de clown au milieu de la figure : la plupart des évangéliques qui prétendent être guidés par l'Esprit ne supportent pas qu'on interprète la Bible spirituellement, par l'Esprit. Ce qui est pour le moins paradoxal. L'interprétation spirituelle a pour avantage incontestable de couvrir toute la gamme possible d'interprétations, car elle s'adresse à l'Esprit qui a inspiré la Bible, qui donnera la signification première - à la source - du texte. Puis, à partir de la signification première, on descendra vers des implications humaines - coeur, pensée, sentiment, volonté - puis matérielles (voir exemple ici , et un autre ici ). La plupart des interprétations évangéliques sont avant tout matérielles, terrestres : venue du Seigneur plutôt que Sa présence , mauvaise compréhension du règne de 1000 ans , de la fin du monde , miracles plutôt que signes , dénomina

Pourquoi les évangéliques craignent-ils les autres religions ?

Dans beaucoup de sites web et blogs évangéliques, on ressent la crainte des autres religions, et en particulier de l'Islam. Messages alarmistes, interrogations, crainte de la charia, etc. En fait, ces sites et blogs révèlent par là-même qu'ils considèrent les autres religions comme étant sur le même terrain que les évangéliques - celui de la religion - c'est pourquoi ils les craignent. Or, la foi chrétienne n'est pas une religion. Clairement : Jésus n'est pas venu apporter une religion, mais la relation (foi) avec le Père. Lorsqu'on a la foi (relation coeur à coeur avec le Père), ce que font les religions, y compris celles qui se réclament du "christianisme", ne fait pas peur. Paul Watzlawick a pertinemment démontré qu'on ne peut résoudre un problème en cherchant la solution dans le même référentiel que le problème. Il faut monter d'un cran, considérer le problème à partir du méta-référentiel. Ici, le référentiel est la religion. Et le m

Les dangers du créationnisme fondamentaliste

Mettons tout de suite les points sur les i : on peut être chrétien et évolutionniste. Les fondamentalistes créationnistes jouent sur l’ambiguïté en laissant croire que : chrétien = créationniste évolutionniste = athée  ...et en jouant sur : l'évolutionnisme implique que Dieu n'intervient pas dans les espèces au cours de l'Histoire l'évolutionnisme implique que le début de l'univers a été déclenché par le hasard Or, un chrétien peut très bien être évolutionniste, mais croire que : Dieu a déclenché l'univers le Père suit le cours de l'évolution de sa création et de ses créatures Le créationniste fondamentaliste, non seulement se trompe en interprétant la Genèse matériellement, mais il discrédite la foi en employant des arguments mal à propos car il ne s'informe pas des arguments actuels de la science - il sort des arguments vieux de dizaines d'années, que les évolutionnistes ne soutiennent plus. La science, en effet, est honnête

 

 


 

 


 

ARTICLES LES PLUS CONSULTES :

L'antichrist est déjà là

Être antichrist, c'est nier que Christ est venu en chair (2 Jean 7). Nier que Christ est venu en chair, c'est nier que Dieu S'est montré à nous tel qu'IL EST. Nier que Dieu S'est montré à nous tel qu'IL EST, c'est ne pas voir, voire même ne pas vouloir voir, et donc ne pas pouvoir s'approprier, ce qu'IL EST. Du fait que beaucoup ne veulent pas voir ni s'approprier ce que Christ est, l'antichrist est déjà là (lire 1 Jean 4:3). L'antichrist est donc déjà là du fait que, ce qu'est Christ, est nié par beaucoup:    Beaucoup nient que Christ est le prince de paix: beaucoup en effet approuvent l'intervention armée, quelle qu'elle soit. Ceux-là nient donc que Dieu nous a montré le chemin de la paix en Christ venu en chair: ceux-là donc sont l'antichrist. Beaucoup nient que Christ est notre guide: beaucoup en effet, plutôt que de suivre Christ, suivent des leaders religieux. Ceux-là donc nient que Dieu nous a montré que l

Les multiples façons dont votre esprit vous manipule

La dissonance cognitive Lorsque nos croyances sur le monde entrent en contradiction avec les faits, ou quand la vision que nous avons de nous-mêmes est en décalage avec nos actes, nous éprouvons une tension mentale qu’il nous faut réduire à tout prix, quitte à réinterpréter la réalité. Ce phénomène s’appelle la dissonance cognitive. Le psychologue Leon Festinger développa ce concept en 1956, après avoir étudié le cas d’une secte dirigée par une certaine Marian Keech. Cette dernière prétendait recevoir des messages d’extraterrestres, qui lui annoncèrent la fin du monde pour le 21 décembre 1954. Seuls les adeptes de la secte seraient secourus à bord de soucoupes volantes. Quand le jour de la prophétie arriva, mais qu’aucune soucoupe ne manifesta le bout de ses hublots, Marian ne se démonta pas : elle expliqua à ses adeptes que grâce à leur ferveur, l’apocalypse avait été reportée. Fait surprenant, seules deux personnes quittèrent le mouvement suite à ce flop cosmique, les autre

Humour : évolution

Comment les évolutionnistes voient l'évolution (ici : les poissons) : Cliquer sur l'image pour l'agrandir (source :  http://blogs.scientificamerican.com ) Comment les évolutionnistes voient la vision créationniste de l'évolutionnisme : Cliquer sur l'image pour l'agrandir (source :  http://planet-terre.ens-lyon.fr ) Comment les créationnistes voient l'évolutionnisme :