LXX XXL


L'idolâtrie de la version massorétique de l'Ancien Testament n'a d'égale que la mauvaise foi de ceux qui la défendent. Nous vous épargnerons les débats houleux que l'on trouve sur le net à ce sujet, tant le nuage de fumée à ce sujet, de leur part, est flagrant. Dans un article précédent nous vous avons présenté ce qu'est la Septante et en quoi elle est la version qu'utilisaient les premiers chrétiens, et en quoi la version massorétique n'est pas une référence.


Voici de nouveaux éléments à ajouter au dossier.


Tout d'abord, voici 4 exemples prouvant que les auteurs du Nouveau Testament utilisent bien la Septante, même si celle-ci contredit le texte massorétique : La Septante dans le Nouveau Testament


Ensuite, une petite citation sur la Septante (source). Elle est extraite du Kitab at Tanbih wa l-Ishraf, un ouvrage de l’historien  Al-Mas’udi (10ème siècle) (traduction française : F. Briquel Chatônnet) :
Ce texte (= La Septante) a été traduit un certain nombre de fois en arabe par des savants anciens et modernes, parmi lesquels Hunayn ibn Ishaq(*). Pour la plupart des gens, elle (= La Septante) est le meilleur texte de la Torah.
(*) Hunayn ibn Ishaq (808-873) est un célèbre traducteur arabe chrétien qui a vécu à l’époque des Abbassides.  Son talent était tel qu’il était reconnu aussi bien par les chrétiens, que par les musulmans.


Pour terminer, un exemple supplémentaire pour illustrer l’utilisation de la Septante (source) :

Luc, chapitre 10, versets 25 à 28 :
Un docteur de la loi se leva, et dit à Jésus, pour l’éprouver : "Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?" Jésus lui dit : "Qu’est-il écrit dans la loi ? Qu’y lis-tu ?" Il répondit : "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée - et ton prochain comme toi-même". "Tu as bien répondu", lui dit Jésus, "fais cela, et tu vivras".
Dans cette discussion entre Jésus et un docteur de la loi, ce dernier cite un extrait de la Torah, Deutéronome 6 verset 5. Notons que dans le texte rapporté par Luc, 4 éléments sont mentionnés :

  • tout ton coeur
  • toute ton ame
  • toute ta force
  • toute ta pensée

Comparons maintenant cette liste avec le texte massorétique et la  Septante :

Version massorétique
"Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta force".

Version des Septante (Alexandrinus)
"Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta force, de toute ta pensée".

Observation et conclusion
Nous voyons que le dernier terme, "toute ta pensée",  apparaît dans le texte de la Septante, mais ne figure pas dans le texte massorétique. Ce passage fournit donc encore une preuve supplémentaire de l’utilisation de la Septante.