Septante : une affaire de spécialistes ?

Rappel des faits
Au IIIème siècle avant Jésus-Christ la Bible hébraïque est traduite en grec par les Hébreux (version des Septante, ou LXX). Les deux versions sont considérées comme identiques (*). Lorsque le Nouveau Testament est écrit, les citations de l'Ancien Testament qui y sont faites sont bien entendu tirées de la version de la Bible de l'époque (hébraïque et/ou LXX, peu importe, puisqu'elles sont identiques par le sens). Des siècles plus tard (après Jésus-Christ), les Massorètes, successeurs des Pharisiens, voyant que les chrétiens s'appuient sur cette version pour démontrer que Jésus est le Messie (**), croient bien faire en créant une nouvelle Bible en hébreu - certains prétendent même qu'ils détruisent alors tous les originaux (***). Pour une raison incompréhensible, nos Anciens Testaments actuels sont traduits à partir de cette version massorétique, et non pas à partir de la Septante, Bible des premiers chrétiens. D'où les différences que nous constatons quand nous vérifions dans l'AT des citations qui en sont faites dans le NT. Et ceci, malgré les découvertes de Qumrân (****) montrant que la version des LXX est effectivement identique par le sens à la version hébraïque prémassorétique.


Les Pharisiens : toujours là où ils peuvent faire obstacle à Christ
Les Pharisiens, ennemis de Jésus, n'en sont pas restés là où les a laissés le NT : ils ont encore sévi en trafiquant la Bible. N'est-il pas étonnant que nos traducteurs modernes continuent d'utiliser cette version trafiquée comme texte de base ? Paradoxalement, ils n'hésitent pas à utiliser le texte de la Septante pour corriger les passages obscurs ou corrompus de l'AT massorétique, alors pourquoi ne pas utiliser tout le texte de la Septante ?

Deux mots
Les mots "Christ" et "Eglise", entre autres termes qu'on croit à tort spécifiques au NT, sont cités dans la Septante. Ils sont absents de la massorétique… pire : les traducteurs de nos bibles actuelles, qui pourraient traduire "Christ" et "Eglise" aux endroits où ils figuraient, reproduisent les terme hébreux – alors que, comme dit plus haut, lorsque le texte hébreu est obscur, ils n’hésitent pas à utiliser le texte de la Septante : incohérence sur toute la ligne!

Pas de NT sans LXX
Si on remplaçait les passages de l'AT cités dans le NT par leur version massorétique, le NT s'effondrerait! Voir un exemple ici. Le christianisme n’existerait pas sans la Septante. La Septante est le substrat du monde chrétien. Nier la Septante, c’est nier la validité du NT, et par là-même nier la vérité qu’il annonce, donc nier la foi en Christ.

Et les Juifs dans tout ça ?
Un reproche que font certains Juifs aux chrétiens : "pourquoi nous convertirions-nous ? vos citations de l’AT dans votre NT ne correspondent pas à notre Bible". Ils ignorent que leur version (massorétique) n’est pas celle que possédaient leurs ancêtres il y a 2000 ans (pré-massorétique), qui en tous points est identique par le sens à la Septante.

Septante : une affaire de spécialistes ?
En fait, la question est simple, et n'a pas besoin de spécialistes pour la résoudre : si le St-Esprit a choisi la Septante pour citer l’AT dans le NT, c’est que cette version est celle du St-Esprit. Pourquoi dès lors s’aventurer sur d'autres chemins que ceux choisis par Dieu Lui-même ?

Les indécrotables
Qu'en est-il de ceux qui s'accrochent mordicus à la version massorétique ? Dieu est le même dans le passé, le présent et le futur. Son St-Esprit a inspiré la version hébraïque des Écritures, à partir de laquelle la Septante a été traduite, aussi sous la conduite du St-Esprit, puisque c’est la version de l’AT qu’Il cite dans le NT. Le St-Esprit étant Dieu, Il est le même dans le passé, le présent et le futur : Il ne peut changer, Il ne peut inspirer à quelqu’un de prétendre que la version massorétique des adversaires du Christ (les Massorètes) soit Sa propre version.

Et la cohérence dans tout cela ?
Les catholiques disent "il y a la Bible, mais il y a aussi la tradition". Ils sont cohérents : quand ils enseignent ou font quelque chose de non-biblique, il diront "c’est la tradition". Par contre, les réformés au sens large du terme, sont censés suivre la Bible avec le St-Esprit comme garde-fou, et réciproquement. Maintenant, s'ils disaient : "oui, mais il y a notre tradition théologique – ou autre – qui nous dit ceci et cela", alors OK. Mais qu'ils ne disent plus "sola scriptura", "sola fide", etc., et qu'ils ne prétendent plus suivre le St-Esprit… Que Dieu les éclaire sur leurs motivations profondes...

Articles blogetude traitant de la LXX de près ou de loin.

Article de base.

PS : D'une manière générale, il est assez surprenant de constater le doute qui s'est sournoisement installé dans les esprits de ceux qui semblent ne pas vouloir admettre que c'est Dieu Lui-même, par son St-Esprit, qui a inspiré la rédaction des textes bibliques :
  • Il a inspiré la rédaction de la version pré-massorétique (le texte hébraïque d'origine).
  • Il a inspiré la rédaction de la Septante (puisque selon les Juifs de l'époque elle était identique de sens à la pré-massorétique, et que le St-Esprit l'a choisie pour citer l'AT dans le NT).
  • Il n'a pas inspiré la rédaction de la massorétique, ses auteurs ayant pour but de contrer l'avancée de l'Evangile annonçant que Jésus est le Messie attendu.
Que dire de plus ? Si vous entendez Sa voix, n'endurcissez pas vos coeurs!

Suite de cet article



(*) "Lorsque des Hébreux qui ont appris le gr. ou des Grecs qui on appris l’hébr. lisent les deux textes, ils admirent ces deux éditions et les vénèrent comme deux soeurs, ou plutôt comme une seule personne" (Vie de Moïse, par Philon).

(**) "Postérieurement à la prise de Jérusalem (70 ap. J.-C.), la vers. des LXX perdit sa popularité auprès des Juifs, parce que les chrétiens s’en servaient comme texte de l’A.T. et pour prouver que Jésus était le Messie" (Nouveau Dictionnaire Biblique).

(***) voir ce document.

(****) "Qumrân a révélé des formes qui expliquent la traduction des LXX : certains passages, jusqu’à présent considérés comme des erreurs ou des amplifications dues aux traducteurs, reçoivent désormais l’appui d’un support hébreu prémassorétique, identique à la LXX" (Wikipédia).
"Certains fragments corroborent la forme LXX contre celle du TM" (La Bible grecque des Septante, Cerf/CNRS 1988, p. 189).
"On sait maintenant que le grec, lorsqu’il s’écarte du TM, n’invente pas" (op. cit. p. 190).
"La découverte des manuscrits de Qumrân a été l’occasion de constater nombre d’accords entre ces témoins d’un texte hébreu antérieur à celui des massorètes et la LXX : on dispose désormais souvent d’un texte proto-massorétique identique au substrat des LXX" (op. cit. pp. 203-204).
"D’une certaine manière, la tradition chrétienne se trouve être plus fidèle au judaïsme de l’Ancien Testament que le judaïsme actuel” (Delaporte).

         

Articles les plus consultés

L'antichrist est déjà là

Les multiples façons dont votre esprit vous manipule

Humour : évolution