La théologie de la prospérité

A la demande du Comité représentatif du CNEF, une étude sur la théologie de la prospérité a été menée par le Comité théologique du CNEF, comité composé de théologiens issus de l'ensemble des courants théologiques présents dans le CNEF. Le texte qui suit est le fruit de ce travail. Après avoir fait l’objet d’amendements suggérés par les unions d'Eglises membres du CNEF, il a été validé à l’unanimité par les délégués des unions d’Églises et des œuvres réunis en Assemblée plénière le 22 mai 2012.

Ce texte a pour objet de :
-Préciser les contours d’une théologie souvent évoquée, mais rarement étudiée de façon rigoureuse ;
-Clarifier la position du CNEF par rapport à cette théologie ;
-Aider ceux qui seraient séduits par tout ou partie de cette théologie à prendre conscience de la faiblesse de ses fondements bibliques et partant, de ses dangers ;
-Donner à ceux qui seraient confrontés à cet enseignement les éléments bibliques et théologiques nécessaires pour analyser droitement et répondre sûrement ;
-Dénoncer le cas échéant les pratiques de certains qui se servent de cette théologie pour exploiter les plus faibles et pour culpabiliser des chrétiens qui, malgré une foi authentique, restent malades selon la volonté du Seigneur ;
-Entrer enfin en discussion, sur des bases claires, avec des Églises à la marge de cette théologie qui souhaiteraient devenir membres du CNEF.
Avec le mouvement de Lausanne, nous reconnaissons que
« Nous devons tous interpréter et enseigner, dans la totalité de leur contexte et avec un juste équilibre, les textes bibliques qui servent habituellement à appuyer l’évangile de la prospérité. Là où l’enseignement de la prospérité est donné dans le contexte de la pauvreté, nous devons le contrer avec une compassion authentique et en agissant pour porter aux personnes pauvres la justice et une transformation durable. Par-dessus tout, nous devons remplacer l’avantage personnel et la cupidité par l’enseignement biblique sur le sacrifice de soi et les dons généreux qui sont les marques de la vie d’un véritable disciple du Christ . »
Par la publication de ce texte, le CNEF veut se positionner pour « lutter pour la foi qui a été transmise une fois pour toutes à ceux qui appartiennent à Dieu. » Épître de Jude 3. (Version du semeur). Nous souhaitons qu'il contribue à la bénédiction de beaucoup.

Le rapport complet

   

Articles les plus consultés

L'antichrist est déjà là

Les multiples façons dont votre esprit vous manipule

Humour : évolution