Vos pensées peuvent libérer des capacités au-delà des limites normales

Vous avez peut-être déjà entendu ces histoires comme celle d'une maman qui a soulevé une voiture pour sauver son enfant. Ce n'est pas forcément une légende. Ainsi, il semble y avoir un moyen simple d'augmenter instantanément le niveau de connaissances générales d'une personne. Des psychologues ont par exemple réussi à améliorer le niveau des réponses de candidats par un subterfuge psychologique. On disait en effet à un groupe de volontaires qu'avant chaque question, la réponse serait brièvement affichée, mais si rapidement que leur inconscient seul la verrait. À un autre groupe, on disait que ce « flash » ne serait pas la réponse, mais la question suivante. Les deux groupes ont eu les mêmes questions, mais le premier a mieux réussi. Vous allez penser que c'est l'inconscient qui avait enregistré les réponses... eh bien non. Les psychologues, comme à leur habitude, avaient menti : les « flashs » n'étaient que des successions de lettres sélectionnées au hasard...


Nos capacités cognitives et physiques sont en général limitées (dans de nombreux cas d'ailleurs, penser que nous sommes limités est en soi-même un facteur limitant...), cependant nos conceptions de la nature et de l'étendue de ces limites vont devoir être révisées. Car il y a de plus en plus de preuves qui suggèrent que nos pensées sont souvent capables d'étendre nos limites cognitives et physiques.

Prenons par exemple nos sens, comme la vue. Vous pensez sûrement qu'il s'agit d'un processus purement biologique qui ne dépend pas de notre volonté. Une étude suggère le contraire. Tout le monde sait que les pilotes ont une excellente vision. Or on a amené des gens dans un simulateur de vol (un vrai, cockpit réaliste avec boutons, manettes et instruments de vol), monté sur vérins hydrauliques. On faisait faire des manoeuvres de vol aux volontaires de l'étude et on a testé leur vision durant le vol. Un groupe de contrôle a eu le même test de vision, mais dans un simulateur inactif. On a noté une amélioration de la vision pour le groupe de pilotes! On a voulu vérifier que ce n'était pas seulement la motivation qui entrait en ligne de compte. On a donc amené un autre groupe de gens dans le cockpit à qui on a demandé de lire un court essai sur la motivation. Ensuite, on leur a demandé de se motiver à mort pour le test de vision, simulateur éteint : ils n'ont pas montré une amélioration significative...

Autre exemple : nos calories absorbées et l'exercice physique. Les personnes qui nettoient tout un hôtel chaque jour réalisent une activité physique sans s'en rendre compte. À un premier groupe d'employés d'un hôtel, on a révélé que leur activité était très physique, une sorte de petit sport pour une vie saine. À un autre groupe, on n’a rien dit. On a vu au bout de 4 semaines que le premier groupe avait perdu du poids, baissé la graisse au niveau du ventre et que leur pression systolique était tombée. Dans l'autre groupe, aucun changement ne s'était manifesté. Tout cela ressemble fort à l'effet placebo, évidemment.

On a demandé aussi à des personnes de soulever un poids donné avant et après avoir bu une boisson très caféinée. Sauf que... c'était un mensonge : il n'y avait aucune caféine! On a par ailleurs subtilement réduit le poids à l'insu des gens pour la deuxième session de levé de poids. Ainsi, les gens ont mentalement associé l'absorption de ce liquide avec moins de fatigue pour un effort donné. On a remis le poids initial un peu plus tard et fait refaire l'exercice. Les gens se sentaient moins fatigués. Cela montre à quel point la fatigue ressentie (et nos limites physiques) est contrôlable, choses que savent bien les entraîneurs avec l'expérience.

Toutes ces manifestations sont probablement des éléments d'adaptation qui nous ont permis de mieux survivre en nous préparant mentalement à ce qui arriverait à l'avenir, par exemple pour échapper à un prédateur. On peut détourner ces phénomènes pour se rendre plus créatif. Ainsi, les gens qui pensent à des catégories souples, libres et ouvertes et qui se concentrent activement sur les nouveaux aspects de l'environnement deviennent plus créatifs.

Sources : http://www.sur-la-toile.com et http://www.scientificamerican.com

Ajout de la rédaction : la question que l'on peut se poser, par apport à la foi et à ses effets sur nous, est jusqu'où vont les effets que nous venons de décrire (vieil homme) et où commencent les effets réels de la Vie de Dieu en nous (nouvel homme).