Accéder au contenu principal

Quelques remarques sur les déclarations de Chicago

Les déclarations de Chicago (*) posent les bases de l'infaillibilité de la Bible en tant que texte inspiré. Les déclarations de Chicago sont à la base de la théologie évangélique dominante.

Quelques extraits des déclarations de Chicago qui posent problème:

"Nous affirmons qu'il est nécessaire d'interpréter la Bible selon son sens littéral ou naturel. [...] Nous rejetons comme illégitime toute approche de l'Ecriture qui attribue au texte une signification que le sens littéral ne soutient pas."

Cette affirmation est en pleine contradiction avec l'affirmation de Paul disant que c'est spirituellement que l'on comprend certains textes de l'AT. Paul donne p.ex. en Galates 4:22-26 une interprétation du texte de l'AT qui n'a rien de littéral...

"Nous rejetons l'opinion qui limite l'infaillibilité et l'inerrance de la Bible aux thèmes spirituels, religieux, ou concernant la rédemption, et qui exclut les énoncés relevant de l'histoire et des sciences. Nous déclarons, en outre, illégitime l'emploi d'hypothèses scientifiques sur l'histoire de la terre pour renverser l'enseignement de l'Ecriture sur la création et le déluge."

Ici encore, on nie l'interprétation spirituelle, à laquelle les auteurs du NT avaient souvent recours (voir p.ex. 1 Pierre 3:20-21). On rejette également toute la littérature des pères spirituels. On déclare que la Bible est un livre d'Histoire et de Science - mais on rejette l'Histoire et la Science lorsqu'elles disent autre chose - ce qui est inévitable, la Bible étant avant-tout un texte spirituel, inspiré par l'Esprit de Dieu - ce que les rédacteurs des Déclarations de Chicago semblent oublier.

Les déclarations de Chicago soutiennent également l'inerrance de la Bible, ce qui est légitime. Là ou le bât blesse, c'est lorsque l'inerrance est mise en avant - non pas dans les déclarations de Chicago, mais dans les "disputes" sur les textes bibliques - pour justifier l'utilisation du texte massorétique (hébreu) comme base de traduction de l'AT. En effet, la grande majorité des textes du NT citant l'AT le faisant à partir de la Septante (grec), l'inerrance devrait pousser les traducteurs à adopter le même texte pour traduire l'AT - ce qu'ils ne font pas.

(*) Déclarations de Chicago