Accéder au contenu principal

L'Église versus Israël

(Erik Johansson)

Israël ne peut pas bénéficier des promesses que Dieu lui a faites sans passer par son Messie. Le message de l'Évangile est un scandale pour l'orgueil national juif. Il lui fait comprendre que la postérité d'Abraham ne désigne pas en priorité Isaac, mais Christ, et que le vrai Juif n'est pas celui qui appartient à la nation juive d'Abraham, mais celui qui appartient à la sainte nation de Christ.

Malheureusement, de nombreux chrétiens qui comprennent cette vérité de l'Évangile témoignent bien peu d'amour aux Juifs, et beaucoup de chrétiens qui aiment les Juifs comprennent bien mal cette vérité de l'Évangile. Jésus doit être atterré de voir des chrétiens encenser les Juifs dans l'espoir de les gagner à Christ alors qu'il leur propose une approche toute différente. Il nous recommande de ne pas les tromper en leur faisant croire qu'ils sont le peuple de Dieu. Ils ne le seront pas tant qu'ils ne se seront pas tournés vers lui, le Messie, et ne l'auront pas accueilli comme tel. Jésus nous met en garde contre le risque de les égarer en leur disant que les promesses de l'Ancien Testament leur appartiennent sans qu'ils les reçoivent par Jésus. C'est ce qu'il souligne en Ap 2:27 et 3:7 en citant deux des promesses majeures faites à Israël dans l'Ancien Testament et en les appliquant à l'Église. Ne disons pas aux Juifs qu'ils sont sauvés, alors qu'ils n'ont pas placé leur foi dans la mort et la résurrection de Jésus le Messie, ce que Paul appelle dans Actes 28:20 l'espérance d'Israël.

Ce n'est pas un message qui nous fait gagner la faveur de la communauté juive, car il consiste à dire que les Juifs ne sont pas mieux lotis que les non-Juifs à moins qu'ils se repentent et se tournent vers Jésus.

D'après Phil Moore, Droit au coeur de l'Apocalypse, LLB, pages 36-37