Accéder au contenu principal

Faites un bon test, qui vous édifiera

(article d'août 2018, complété début janvier 2020)


Si vous n'êtes pas familiarisé[e] avec le sujet, lisez LXX


Si vous avez du temps, amusez-vous à poser des questions à des sites/blogs chrétiens - par email ou via des formulaires de contact - concernant la Septante/LXX (AT grec) par rapport à la massorétique/TM (AT hébreu).

Posez par exemple la question :
Du moment que la Septante/LXX est la version utilisée majoritairement pour citer l'AT dans le NT, pourquoi traduit-on nos AT à partir du texte massorétique/TM ?


...en quoi cette initiative est-elle utile ? voyez la note [*]


Voici les retours que vous aurez parfois (si on vous répond...) :

Dans un premier temps, ne vous connaissant pas, votre correspondant vous donnera les infos "standard" qu'on sort du tiroir (copier/coller ?) pour répondre à Monsieur tout-le-monde.
On vous dira p.ex. :
- il est normal d'utiliser l'hébreu pour traduire l'AT, car c'est le texte le plus ancien
- le NT étant rédigé en grec, il est normal qu'on cite l'AT grec dans le NT

A quoi vous répondrez :
- le plus ancien texte hébreu, le texte pré-massorétique (TPM), est bien plus ancien que le TM, et a servi de base à la traduction en grec de l'AT (LXX) - c'est donc le TPM, ou sa version grecque, qui devrait être utilisé pour traduire l'AT
- les rédacteurs du NT étant en grande majorité Juifs, ils ne se seraient pas permis de citer tel quel un texte grec sans vérifier s'il correspond au texte hébreu de l'époque - et à supposer qu'ils aient pris cette liberté, cela signifierait qu'on peut citer des versets à tort et à travers, comme cela nous arrange...
=> c'est donc bien ce texte (TPM), traduit en grec par leurs soins, ou pris directement de la LXX, qui a été utilisé pour citer l'AT dans le NT
- c'est par ailleurs l'Esprit saint qui a inspiré le texte du NT, donc ses citations de l'AT
- vous pouvez ajouter des exemples [*]

A quoi, voyant que vous avez déjà fait des recherches sur le sujet, on vous répondra parfois : "je vois que vous vous êtes déjà fait votre opinion... inutile de continuer la discussion", ce à quoi, si vous répondez "nullement, je suis prêt à revoir/compléter mes éléments d'information sur le sujet", on ne vous répondra pas. Ou alors on vous répondra...
...sans tenir compte de vos arguments et en essayant de noyer le poisson
...au sujet des exemples TM/LXX [*] : "oui, et qu'est-ce que cela prouve ?"
...en affirmant que la LXX n'est pas la seule source : OK, mais elle est majoritaire de manière écrasante (97% selon certaines sources bien informées, 2% selon d'autres qui ne sont pas au courant des découvertes de Qumrân...)
...en confondant TM et TPM avec persistance...
...en affirmant péremptoirement que la LXX est corrompue. Or, à plusieurs reprises dans l'AT, on trouve des notes de bas de page disant : "hébreu corrompu - nous corrigeons avec la Septante". En affirmant que la LXX est corrompue, on sous-entend que le TM ne l'est pas... or, il l'est, puisqu'on doit le corriger... avec la LXX soit-disant corrompue... on n'est pas à une contradiction près...
...en affirmant que dire que c'est l'Esprit saint qui a inspiré le NT - qui a donc cité l'AT dans le NT d'après la LXX - n'est pas correct (c'est nouveau : le NT ne serait pas inspiré par l'Esprit saint...)
...en parlant de l'inerrance comme d'un argument irrévocable pour justifier les différences, alors que cela devrait être le contraire : les citations de l'AT dans le NT n'étant pas celles du TM, mais celles du TPM, on devrait, en se reposant sur l'inerrance, traduire l'AT d'après cet hébreu originel (le TPM ou sa version LXX jumelle en grec), et non pas à partir du TM bien plus récent...
...en affirmant que seuls les versets de la LXX cités dans le NT sont corrects, mais que le reste de la LXX est mauvais (donc seuls les chats que j'ai entendu miauler miaulent... les autres aboient...!)
...en affirmant péremptoirement : la LXX n'existe pas (si si...), car c'est l'assemblage de différentes sources. Avec ce type de raisonnement, on pourrait aussi affirmer péremptoirement que la Bible n'existe pas, puisque c'est l'assemblage de différentes sources...
...en mettant en avant le fait que la LXX contient des apocryphes, ce qui est un moyen de détourner votre attention du fait que les non-apocryphes sont traduits d'un texte plus ancien que le TM, indépendamment des textes non canoniques : il n'y a en effet pas de cause à effet.
...en affirmant que la LXX que nous connaissons était différente à l'époque des apôtres, mais c'est pour mieux cacher que le TM diffère tellement des textes antérieurs au judaïsme rabbinique que si on se posait la question de celui qui diverge le plus de ses origines, le TM gagnerait haut la main... et d'ailleurs, il a été montré que les modifications apportées à la LXX l'ont été sous cette même influence qui voulait atténuer la présence du Christ dans l'AT.

Ou encore : on vous fait dire ce que vous n'avez pas dit, on vous attaque directement (et non pas vos idées), on vous étiquette, on vous fait "comprendre" que vos arguments sont des croyances (ce serait du "fidéisme" [sic]) alors que ce sont des faits (voir note [*]), on vous "ferme la porte au nez" (cas extrême).


En définitive, les découvertes de Qumrân ont résolu une énigme : on sait maintenant que le grec, lorsqu'il s'écarte du TM, n'invente pas. (La Bible grecque des Septante", Cerf/CNRS, p. 190)


[*] 3 exemples, parmi beaucoup d'autres :

Ésaïe 7:14
Septante/LXX : la vierge [parthenos] concevra et enfantera un fils
Texte massorétique/TM : la jeune femme ['alma] concevra...

Ps 40:7
Septante/LXX : tu m'as préparé un corps
Texte massorétique/TM : tu m'as creusé des oreilles

Ps 22:17
Septante/LXX : ils ont percé mes mains et mes pieds
Texte massorétique/TM : comme un lion mes mains et mes pieds



Réactions
Aucun Juif - messianique ou non - n'a souhaité répondre. Pour les Juifs, la Bible est moins importante que d'autres textes, et il est compréhensible qu'ils ne souhaitent pas entrer dans ce qu'ils peuvent considérer comme une polémique inutile. Quant aux messianiques, leur Bible (celle de David Stern) montre page 31 qu'ils sont au courant du problème... mais malheureusement ils ne s'étendent pas sur le sujet (ce qui se comprend car ce n'est pas le lieu pour en parler... mais 2 ou 3 lignes de plus auraient pu être utiles). Les catholiques/orthodoxes n'ont pas répondu non plus, alors que ce sont peut-être les plus aptes à comprendre cette problématique. Les protestants "sérieux" admettent qu'il y a un problème, que le TM est sujet à caution, car fixé du temps où Juifs et Chrétiens se battaient à coup de versets d'AT concernant la messianité de Jésus, et admettent qu'on a noirci injustement la LXX. Les évangéliques (dans le sens large du terme) sont les plus brouillons dans leurs arguments (bien que leur Nouveau Dictionnaire Biblique en parle) : il y a autant d'opinions que d'interlocuteurs.



Dernières nouvelles (de source sûre)
La Septante/LXX (plus ancienne traduction grecque de l'AT) est utilisée pour la traduction de certains versets de l'AT, lorsque les traducteurs sont certains que la version grecque correspond mieux au texte original (dont on ne dispose pas) que le texte massorétique (TM). Mais effectivement, nos versions françaises de l'AT utilisent surtout le TM. La raison c'est surtout que c'est le texte traditionnel dont on a cru pendant longtemps qu'il était plus fidèle à l'original que la LXX. Maintenant on en est moins certain. Et les spécialistes travaillent donc sur un texte éclectique de l'AT, comme ce qui a été fait pour le NT. Le travail est long et prendra encore plusieurs années, mais lorsqu'un texte éclectique aura été établi, à partir du TM, de la LXX et d'autres versions anciennes dont on dispose, nul doute que les traducteurs français traduiront à partir de ce texte éclectique. On dispose de manuscrits de la LXX qui datent des 4e et 5e siècles alors que les manuscrits qui portent le TM et qui sont parvenus jusqu'à nous datent du 10e siècle. Cependant, l'ancienneté des manuscrits n'est pas le seul critère à prendre en compte. La critique textuelle utilise aussi d'autres critères, comme le nombre de manuscrits qui portent une certaine version, leur qualité, etc. (Point-Théo)


Si vous n'êtes pas familiarisé[e] avec le sujet, lisez LXX