Accéder au contenu principal

Psychiques ou spirituels ? Avons-nous encore le choix ?

(Erik Johansson)

La parabole du début de Luc 16 (jusqu'au verset 18) a la réputation d'être la plus difficile à comprendre, la plus hermétique. Des livres entiers lui ont été consacrés, ainsi que des thèses sur l'histoire de son interprétation. Mais faut-il laisser le soin à des théologiens essentiellement intellectuels - donc essentiellement psychiques - de commenter des textes à vocation spirituelle ?

Ce qui est essentiel, bien entendu, c'est de considérer le contexte (la parabole qui précède, p.ex.), qui doit aider à comprendre le passage complet, jusqu'à la parabole suivante, et que le tout soit interprété de manière harmonieuse. Mais quasiment toutes les interprétations que vous en trouverez se cassent les dents sur un ou plusieurs versets de ce texte. Aucune méthode d'interprétation traditionnelle des écritures n'en a découvert le sens profond. La raison ? Nous vivons à une époque matérialiste (dont on connaît les fruits empoisonnés), où l'interprétation spirituelle est mal vue, moquée, jetée aux orties. Or, c'est justement en abordant ce texte spirituellement qu'on en dévoilera les trésors.

Ceux que Paul appelle "les psychiques", qui ont choisi - consciemment ou non - de vivre de leur vieil homme, rejetteront cette interprétation, préférant ne pas comprendre ce texte dans son entier, ou essayant vainement de saisir le sens de chaque verset qui suit la parabole (surtout les 3 derniers) tout en essayant de rester dans le fil de l'histoire. Pourquoi ne pas plutôt accepter de se remettre en question et de faire ce que Paul nous exhorte à faire : interpréter les écritures spirituellement ?

Il est temps dès maintenant de dépasser nos fonctionnements psychiques et de vivre de l'Homme Nouveau (du reste, avons-nous le choix ?). Faisant cela, nous découvrirons avec enthousiasme cette interprétation, qui apporte paix, amour, joie.

Luc 16:1-18 - Le scandale de la grâce